souris.jpgDeux souris sur un plateau informatique, commun dirait-on. Pourtant, nous ne sommes pas de simples souris d’ordinateur, mais de redoutables traqueuses de bugs, infiltrées pendant un mois sur le plateau « service-public-2016 ».

Notre mission :

1. Nous faufiler sur le plateau, intégrer une équipe et observer l’avancement du projet

La refonte du site internet du service public repose sur une équipe d’amateurs de café, composée de développeurs, graphistes, intégrateurs, chefs de projets, chefs de produit, tous ayant un rôle spécifique dans la construction du projet.

Après un mois d’espionnage discret et intensif, nous sommes en mesure de présenter le déroulement d’une journée sur le plateau :

Elle commence toujours par un stand up des développeurs d’une part et des intégrateurs d’autre part, tous debout en cercle autour d’une tasse de café. Le stand up, c’est le moment de la journée où chacun présente l’avancement de son travail, ce qu’il a fait et ce qu’il lui reste à faire, selon un planning préalablement établi.

Une fois toutes les deux semaines, la matinée se poursuit par une présentation de leur travail et une démonstration des fonctionnalités du site internet, toujours améliorées.

Le reste du travail de la journée est personnel, chacun devant son ordinateur. Cependant l’échange d’informations et le partage de connaissances entre les informaticiens sont continus et essentiels.

Parallèlement au travail individuel des développeurs, intégrateurs, graphistes ; les chefs de projets se réunissent à plusieurs reprises dans la journée afin de superviser ensemble l’organisation du projet.

2. Lutter ensemble contre un ennemi implacable : le bug

Notre nom de code : « bêta testeuses ». Notre rôle : explorer les moindres recoins de la première version du site internet et en répertorier les bugs, ces erreurs qui se dissimulent sur le site. Ce que l’on appelle « la recette » a consisté dans un premier temps à créer un « cahier de tests », regroupant les tests à effectuer, les résultats attendus et les résultats observés, puis à les reporter via une plateforme de ticketing.

« Quand y’en a plus, y’en a encore ! » : recetter, c’est donc sans cesse reporter les bugs afin qu’ils puissent être réparés par les informaticiens qui, dépassés par la charge de travail qui s’ajoute, viennent nous supplier d’arrêter…

Manon et Léa, stagiaires et espionnes à leurs heures (pas) perdues…